Aller au contenu principal

Claude Laporte

Claude Laporte, licencié en droit, Master in Business Law, docteur en droit, DEA en gestion d’entreprise, brevet d’avocat genevois, a été assistant au Centre d’études juridiques européennes pendant l’année académique 2001-2002. Il a travaillé dans le domaine des crédits commerciaux et industriels, dans le financement du négoce de matières premières et dans l’édition. Il a été avocat collaborateur auprès de l’Etude Lenz & Staehelin. Il est actuellement avocat au barreau de Genève, associé de l’Etude Equey & Associés.

La titrisation d'actifs en Suisse : asset-backed securitisation

La titrisation est une technique financière d’une importance considérable aux États-Unis. Elle prend une ampleur croissante Europe. Elle consiste en un financement des entreprises par mobilisation des actifs de leur bilan et par recours au marché des capitaux. Elle peut prendre des formes variées et poursuivre de nombreux buts annexes, comme l’amélioration de la solvabilité, le transfert des risques associés à certains actifs ou la diminution du capital réglementaire pour les banques.
A l’inverse d’autres pays (France et Luxembourg notamment), la Suisse n’a adopté aucune législation relative à la titrisation. Si les tribunaux civils n’ont pas eu l’occasion de se prononcer sur cette opération, les autorités fiscales et la Commission fédérale des banques ont développé une pratique.
Cet ouvrage, qui est la première monographie de droit suisse consacrée à la titrisation, analyse cette opération à travers le prisme des différents domaines concernés : droit des sociétés, droit des obligations, droits réels, acquisition d’immeubles par des personnes à l’étranger, droit de la faillite, normes comptables, règles prudentielles, secret bancaire et protection des données. L’accent est mis sur les titrisations portant sur des actifs bancaires, mais cette étude comprend aussi de nombreux enseignements applicables à la titrisation des actifs des entreprises non bancaires.
L’auteur conclut que la situation actuelle de la titrisation en Suisse prive les entreprises commerciales et les banques d’une technique efficace de gestion de leurs actifs. Le droit suisse présente certaines lacunes auxquelles il propose des remèdes, notamment par une intervention ciblée du législateur sur plusieurs points.

Sommaire

Première partie – La titrisation : objet, histoire et technique
Deuxième partie – Le véhicule de titrisation
Troisième partie – La titrisation et le transfert des actifs, des risques et des sûretés
Quatrième partie – L’environnement de la titrisation : normes comptables, règles prudentielles et protection de la sphère privée

Consulter
Zurich, Schulthess, 2005

Arrêt du TAF

Garantie d’une activité irréprochable et conflits familiaux au sein d’un banquier privé

Dans son deuxième bulletin, p. 40 ss, la FINMA a reproduit un arrêt du Tribunal administratif fédéral (TAF) B-5535/2009 rendu le 6 mai 2010. X. est un banquier privé et négociant en valeurs mobilières organisé sous la forme d’une société en commandite. À partir de 1991, trois conflits familiaux, étendus sur plusieurs années, ont opposé ses associés, à tel point que, le 20 avril 2009, l’associé indéfiniment responsable F. a sollicité l’intervention de la FINMA et la nomination d’un chargé[...]

Blanchiment

Le TF précise les conditions de la responsabilité délictuelle

Le Tribunal fédéral vient de publier les considérants d’un arrêt 4A_653/2010 du 24 juin 2011 qui précise les conditions de la responsabilité aquilienne. X. avait confié à titre fiduciaire à A. la somme de USD 9 millions. A. a converti en francs suisses une partie de ces avoirs, puis fait émettre un chèque de CHF 9'268'538.- à l’ordre de la société J. dont il était l’ayant droit économique. A. est ensuite entré en relations d’affaires avec C. et E., qui[...]

Fonds propres et répartition des risques

Circulaires révisées par la FINMA

Afin de transposer en droit suisse les modifications de l’accord dit de « Bâle II » et de la directive de l’Union européenne sur les grands crédits intervenues en juillet 2009 suite à la crise financière, entreront en vigueur le 1er janvier 2011, en même temps que de l’ordonnance révisée du Conseil fédéral sur les fonds propres et la répartition des risques (« OFR »), quatre circulaires révisées par la FINMA : la circulaire « Risques de crédit – banques[...]

Responsabilité de la banque en tant qu’organe de fait

Nouvel arrêt du Tribunal fédéral

Le Tribunal fédéral vient de publier les considérants d’un arrêt du 9 novembre 2009 (4A_389/2009) qui lui a donné l’occasion de rappeler les règles relatives à la responsabilité de la banque réputée agir en tant qu’organe de fait. A., X. et C., ainsi que D. et E., avaient constitué une société simple appelée Consortium V. dans le but de construire un complexe immobilier (ci-après le « chantier »). A cet effet, ils avaient conclu le 10 juin 1996 un contrat[...]

Nouvel arrêt du Tribunal fédéral

Le Tribunal fédéral vient de publier les considérants d’un arrêt du 20 novembre 2008 (4A_302/2008) qui lui a donné l’occasion de rappeler les règles d’interprétation en matière de contrats. Y., société de droit panaméen, d’une part, et B., prince séoudien, C., autre prince séoudien, et X., actionnaire majoritaire de T., société holding de droit français, agissant conjointement, d’autre part, ont conclu le 14 avril 1993 un contrat de vente (sale agreement), soumis au droit suisse et contenant une clause d’élection[...]

Mise en consultation d'un projet de révision du CO

Le 5 décembre 2008, le Conseil fédéral a mis en consultation un projet de révision partielle du Code des obligations (introduction d’un article 321a bis et modification des articles 336 alinéa 2 et 362 alinéa 1) pour améliorer la protection du travailleur qui signale des faits répréhensibles se déroulant dans l’entreprise. La détection et le signalement de faits répréhensibles se déroulant dans l’entreprise – problèmes de plus en plus évoqué dans l’actualité - engendrent, comme le souligne à juste titre[...]

Le Tribunal fédéral se penche sur le degré de diligence requis

Le Tribunal fédéral vient de publier les considérants d'un arrêt du 11 juin 2008 (4A_168/2008) qui précise le degré de diligence à observer dans le cadre d'un contrat de conseil en placements. F.X. et H. X. ont signé en 2001 un contrat de conseil en placements (investment advisory agreement) avec la société genevoise Y. SA. Ce contrat concrétisait les relations qui existaient depuis juin 2000 entre H.X. et l'administrateur de Y. SA et excluait toute responsabilité de Y. SA pour[...]

Arrêt sur les opérations de compensation

Le Tribunal fédéral vient de publier un arrêt du 23 février 2007 (4C.424/2006) concernant un cas de compensation qui confirme essentiellement les décisions cantonales. X., domicilié en France, a ouvert sous relation numérique un compte courant et un compte de dépôt auprès de la banque Y. Il n'avait pas confié de mandat de gestion à la banque, mais l'avait autorisé à effectuer des placements fiduciaires. X. n'avait pas signé de convention qui autorisait la banque à accepter et à exécuter[...]

Le TF confirme sa jurisprudence pour les contrats de dépôt

Le Tribunal fédéral vient de publier les considérants d'un arrêt du 4 décembre 2006 (4C.277/2006) qui rappelle certaines règles en matière de prescription. Les époux X., domiciliés en France, avaient ouvert en 1981 un compte auprès de la banque C. en Valais. Dans le but d'encaisser dans le secret deux créances de FRF 500'000 chacune dont il était titulaire, M. X. fit verser ces avoirs sur un compte de référence ouvert au nom d'une société panaméenne et sur lequel Y.,[...]

Le Tribunal fédéral se penche sur le problème de la preuve

Le Tribunal fédéral vient de publier les considérants d'un arrêt du 28 août 2006 (4C.136/2006) qui se prononce sur le fardeau de la preuve en matière de responsabilité pour le prospectus d'émission. La société X. S.A., dont le produit principal était un logiciel, avait été introduite en Bourse le 25 novembre 1999, alors qu'elle n'avait jusqu'à ce moment enregistré que des pertes. Le prospectus publié à cette occasion le 24 novembre 1999 fixait le cours d'introduction à CHF 240.- par[...]